JOURNAL D'ÉMOIS

lundi 16 octobre 2017

Les statuts #MeToo #MoiAussi"... t'as envie d'en parler ?

Les statuts #MeToo #MoiAussi... t'as envie d'en parler ?
C'est clair que des "Not Me" y'en aurait très très peu, n'est-ce pas?

Soyons réalistes. Ce n'est pas un secret, mais une vérité de La Palice. Dès la naissance une fille devient jouable, désirable, palpable, abusable, sifflable, couchable, une main sur la bouche assaisonnée d'une menace devient taisable, insensible ''à tous j'aimais''.

C'est vrai comme un nez dans le visage, ça laisse des échos de gongs sur le cœur. Des Bang! Bang! discordants. Ce, depuis des siècles et des siècles. Amènes...-en des '#MeToo''.

Les garçons aussi, on le sait, par milliers, victimes de ces grandes mains moites, des vits insultants venus fouiller leur innocence, y laisser des cicatrices. Ils ont honte, seuls, souillés, en parlent peu ou pas du tout, dans la très grande majorité des cas ils n'auront jamais dit.

Nous les femmes, ensemble solidaires de ces secrets, on a dû promettre encore de ne pas parler à celles qui nous confiaient l'horreur, le doute, la blessure enfouie.

Le Chut! C'est un secret, faut pas le dire se raréfie, ça me fait plaisir. Je suis de la fin des années soixante, des témoignages, en ai glané toute ma vie. Ma mère, sa mère, ces enfants, ces femmes et filles d'ici, celles de d'autres continents; n'ai de cesse de m'y intéresser, m'engager à agir avec elles.  Puis, faut me retirer, un temps, des années parfois. Pour souffler, pleurer, panser, haïr puis cracher le fiel hors de moi. Pas du miel tout ça. Ne sert qu'à nous empoisonner.

Merci, à celles qui ont forgé, éduqué, enseigné le dire-tout-haut, la guérison, le pardon, l'auto-défense, le féminisme, l'activisme. Sororales, unies nous avons ensemble, en aparté ou en gang, ce pouvoir de déVioler ces grands secrets infâmes.

Heureusement, depuis quelques décennies nous parlons plus, dénonçons le viol et le harcèlement, accusons en justice. Parfois l’inacceptable abuseur en série est puni. Bien souvent, on le lit dans les journaux, ce grand théâtre animé des procureurs, juges et avocats en toges, font re-peine, re-sentence aux moult victimes, le méchant entre plus fort en nous et reste libre. Alors... Double tragédie, c'est l'enfer qui monte jusqu'à la poitrine, le crime tue deux fois la même victime.

Anyway, ça m'embête beaucoup, qu'après de dizaines d'années où tout le monde était au courrant des agissements débridés de Harvey Weinstein, c'est drett maitnow que ça jase. Tsss. C'est ridicule.

C'est pâs #MeToo" que les victimes devraient éponger, assumer, encore, encore, mais une vague de #I saw and close my eyes'' , ça, ça serait surprenant et épatant.

Ok? Qui de ceux qui se sont tus embarqueront? Tsss.... Rêveons pas.

Solidaire et pas muette #MoiAussi, t'auras deviné.

2 commentaires: