JOURNAL D'ÉMOIS

lundi 8 septembre 2014

Verre à Vains



Comme c’est étrange, ce verre de cristal dont j’ai tant apprécié, toutes ces années...la musique, le pied solide, la forme forte. En un seul instant il s’est brisé. Comme une gamine j’ai fait Oh !
Puis, ce fut tout.

Il aura fait de jolis sons avec sa paire complice, celle que l’on emporte avec soi vers le haut, caresse de ses choix, de ses lèvres, de ses paroles, chatouille d’heureux silences, respire.

Eh bien voilà, comme ça, un jour, n’importe quand, on ne sait pas, on n’attend rien, on espère tout…

Un jour donc, après une lessive assez vigilante, trop rude peut-être,
ce verre à la musique parfaite éclate,
se brise net
et, de ses tessons
on ne sait quoi faire
que d’éviter la saignée,
la balafre,
la cicatrice.

On se rend compte en poussant les crins d’un balai sur le sol que là,
le mouvement des moult saisons d’antan ne tient pas le temps.

Entre la main et la corbeille, quelques secondes effacent les plausibles demains.

La coupe ne tintera pas plus encore,
sa paire esseulée
ira déposer seule
le bruit amusé de son ventre rond
sur son propre reflet.

L’écho n’est plus audible, plus là, plus possible.

Miettes.
Rapide,
aisée,
une éponge trop pleine passe
et, se dessine subitement un éclat
dans la tête du joli verre… à vains.

Crac. Des tessons.

19 commentaires:

piotrevski a dit...

j'aprécie énormément ce vieux papagaio de paganini autant que sibelius l'austère austral.

mmmmmh, les frimas, je les sens bouillants cet hiver !

Nina louVe a dit...

qui est donc ce sibelius, je veux ouir ce cela d'austral.

ouais, ça s'annonce vert de sève, rouge de sens, jaune flavescent. ça sent bon. ça sent la faim.

Nina louVe a dit...

Piotrevski : Tant qu'à Paganini, c'est Charles kaczynski, un très beau violoniste (beau de ses doigts, de sa passion cachée sous la réserve) qui me l'a présenté. Il vous faudrait connaître ce Kaczinski, sa musique, vous aussi. Ça tombe bien puisqu'il est vivant. Il tient une école de musique à Gaspé et se promène dans de jolies salles pour mettre de la poudre de crin sur le sol. Il a trois albums " Lumière de la nuit", 5 sens et l'autre...bin, je ne l'ai pas encore et en ignore le titre. Fouillez donc, curieux vous trouverez certes.

piotrevski a dit...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Sibelius

piotrevski a dit...

et le plus inventif, le plus fou, le plus génial, le plus... c'est Felix, de Budapest.


http://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%A9lix_Lajk%C3%B3

aloredelam a dit...

sibelius ... austral ? you mean astral ! j'adore par simon rattle , les symphonies , je veux dire

Nina louVe a dit...

Piotrevski : Felix Lajko ! mais vous savez, depuis que vous me l'aviez fait découvrir, j'en ai parlé partout où on aime les sons, tellement il me fait du bien d'entendre sa musique.

Tant qu'à Jean Sibelius, je vais de ces doigts voir ce lien. Merci à vous.

Nina louVe a dit...

Alordelam: Par Simon Rattle donc. Dak, j'y vais. Merci vivant poète.

Nina louVe a dit...

Miam d'émouvances ce Sibelius, merci.

piotrevski a dit...

concerto pour violon en ré mineur, par rattle, pas mal, ouais !

austral, astral, who cares anyway !

Mireille Noël a dit...

Taisons-nous. Le verre à vin est mort. Vive les tessons!

C'est étrange comme les objets qui accompagnent notre route sont des objets d'art dans nos histoires de coeurs.

Une musique de verre à vin qui jamais ne sera vaine...

piotrevski a dit...

tiens, vlà la reine du calembour. Quelle chance, j'en avais jamais croisé avant. Bonjour madame.

Anonyme a dit...

Et v'là le roi du calle en bouche. C'est gratis. Il y en a icitte et là!

Beau petit film, Nina, qui suggère que quelque chose poussera dans nos vers.

jack

Nina louVe a dit...

Jack, ça pousse déjà.

Nina louVe a dit...

Mireille, comme vous êtes certainement patiente, permettez que je passe quand même vous assurer que cette fourchette sternale fait son bout de chemin, toute en notes.

à bientôt

Jack a dit...

Ça pousse déjà ? Sans vouloir tirer la couverte, j'ai pas de Bike pour les fugues en do, moi, mais j'ai toute les Cantons-de-l'Est, libres ouverts dans le cœur des chevreuils nerveux, malgré les siècles de solitude et la poussière des vieilles pommes parmi les cimetières enfouis sous les herbes rares de la mémoire en feuilles couleur feu... On se paye un bel automne couleur blé d'Indale? Nous vaincrons!

p.s. : si tu trouves mes craques, euh, tu sais, tu sais, efface-les tout de gogo...

jd

magwann a dit...

Je le touche de mes mains, ce verre à vains. Emotion vraie. Si vraie.

Nina louVe a dit...

Oui, je crois que je le garderai en souvenir déco. (sourires). On l'intégrera à une sculpture, qu'est-ce que t'en dis ?

magwann a dit...

J'en dis que le travail risque d être délicat, mais que l'idée me plait,j'y réfléchis!