JOURNAL D'ÉMOIS

jeudi 27 septembre 2007

DOUX gentil

C’est doux gentil…
Tout gentil doux gentil tout gentil doux gentil
Ainsi comme ça dehors déjà

Préparer des poésies pour mon aube
Tout gentil doux gentil tout gentil doux gentil

J’aboie aux émois
Ronronne un solo
Je montre les lèvres à la lune et au soleil couchés dans le même ciel cyan
Tu sors les dedans au dehors,
Je mords à l’âme, à tes sons
Tu arrives tu reviens tu désires tu t’abstiens
Je sais doux, doux gentil, tout j’essaie, je sais tout

Te lire tel quel

Je te narre et te rythme
J’ai souffle, j’ai suite
tu rimes drible touche
je prends tes quatre deuils
tes milles minutes
ton siècle par décennie
mer de mots mer de maux mer de beau

merci


C’est doux gentil… Tout gentil doux gentil tout gentil doux gentil

4 commentaires:

Florian a dit...

C'est ce que je dis le matin à mes arbres, à la terre, à l'entière dame Nature, c'est ce que je lui dis pour la remercier du petit poème qu'elle me réserve, "tel quel", à l'aube, rien que pour moi, où tout rime parfaitement, où tout coule de source, comme dans une poésie éternelle.

Nina louVe a dit...

Florian : Tel quel, oui.

Particulièrement après plus d'une semaine de beau temps, quand arrive la grande pluie, je m'émerveille. Hier, la lune complétait son sourire, moi des proses que j'aurai laissé reposer finalement. Trois textes en trois temps où je me tais à tout dire.. M'Enfin. à suivre...

Par ici, c'est pendant la pluie le beau temps itou. Ce matin, le ciel joue à tout mouiller, toute cette terre sèche et assoifée. C'est presque l'orage, plus qu'une averse. Je me trouve bien chanceuse de n'être plus enfermée dans un cubicule climatisé. (sourire) Miam la liberté !

Mr. Tango Duo a dit...

Joli Mercicace!

Lubna a dit...

je me narrais la même émotion à trois heures du mat lorsque la lune se donnait ventrue , pleine, craquante et débordante à souhait...j'ai ouvert ma porte , j'ai mis le nez au ciel et lui ai décoché un clin d'oeil de remerciement