JOURNAL D'ÉMOIS

vendredi 5 septembre 2014

Un jeu de marelle sur le perron (archives 25-avril-2008)

photo par L'Arteur Sylvain Gougeon
-Oui, non, peut-être.
Me voilà qui réponds bien tardivement aux derniers commentaires. Des plans pour qu'on pense que la louVe est une ourse finalement (sourire). Bon, mea culpa por favor, chers passagers.

Vous n'avez pas idée de ce que représente l'analyse complète de sa trentaine, de sa vingtaine et des poussières de souvenirs fabriqués juste avant la première décennie. Je dis ça pour rigoler. Je me suis contentée de bilantiser les 5 dernières années. Des excuses, des excuses, direz-vous ! Bin oui, vaut mieux celles-ci qu'une série de lettres mortes, non ? M'enfin. C’est vous qui avez le dernier mot, à gauche dans le libellé de votre choix.

Inutile de faire des promesses sans prouesses. Ni terrible adieu ni de jovial retour. LouVe dort au gaz comme on dit. Pas l’ombre d’une rime sur la ride d’un papier. Du haut de sa troisième phalange, un muscle adroit veut du désir. Il attend. Il étire le temps. Il déchire le silence, fait tourner le crayon comme une hélice. Même mordillé, le stylo répond : plus tard chérie, j’ai du mal avec l’en-tête. Pendant que le soleil s’enfonce dans le sol et mange la fin de l’hiver tout entier, un escadron de maringouins macère dans l’eau stagnante d’une écuelle, prêt à attaquer de jolies veines gorgées de sang chaud. De l’encre séchée sur le pouce, de la craie pour dessiner un jeu de marelle sur le perron, voilà tout le menu du jour.

11 commentaires:

Tristan Rêveur a dit...

Moi je dis que les loups sont des créatures très sages!

^-^

P-S: Au fait, as-tu reçu mon message? Peux-tu me répondre?

Fauve a dit...

Les passagers sont sages et patients. Ils attendront l'ourse. :)

lubna a dit...

même apesanteur dame hurlante, entre le cri de la fourmi et le grognement de la biche

Anonyme a dit...

bonjour en passant

le rimailleur a dit...

un petit bonjour en passant

gmc a dit...

SAME PLAYER...

Les hirondelles lèchent
Les vitrines du temps
Colifichets et falbalas
Poussières et papillons de soie

L'écriture est un pas de tir
Sur lequel surfent des missiles
Au retour sans aller
Sauf pour l'étreinte d'un baiser

Danse de feu
Pour jambes dévorées par des ailes
Glace qui foudroie
Les rambardes des ponts

Il est un monde
D'images comme au cinéma
Il est un autre monde
Sans images mais au chocolat

Facettes du prisme
Double réfraction
Deux extrémités de marelle
Le libre choix de l'hirondelle

Anonyme a dit...

bien pété les plombs moi
t'as vu le début d'ailleurs
c'est maintenant la fin

très fort bisou d'amitié shark sur le bout des doigts bella lupa



p. de bruxelles

carOlinade a dit...

Bon... aux grandes morts les grands moyens ! J'ai faiiimmmmmmmmmm ! Où es-tu ? Grande Dame Nina Louve, ça fait des mois que je n'ai pas mangé à ta table, ton grand festin festif de maux-dits en mots-dodus...
allez..

Réveillez-vous très chère...
Vos vives-cons sont arrivés ;)

lubna a dit...

où es tu dame hurlante j'ai des choses à te murmurer

Anonyme a dit...

t'as raison, il y a de ces ruptures , de ces moments ou on sent que le vent tourne ,
pour poussez loin si loin ,
il faut sans doute laisser ce qu'on laisse onshore

Nina louVe a dit...

un joli merci fugace mais bien senti à vous, anonymes ou noM.